Retour sur une semaine d’atelier design au Bangladesh

Le concours de design de mobilier lancé à Dhaka en juillet dernier par l’Alliance Française, le Goethe Institut, le Jute Lab, CPHD Composite Fiber (partenaire industriel local privilégié de l’association), et le fabricant de meuble Otobi, a été l’occasion pour une partie de l’équipe du Jute Lab de repartir début novembre — première mission courte au Bangladesh depuis le rapatriement forcé du projet !

Pour rappel, dans le cadre d’un projet du fonds culturel franco-allemand, ce concours a pour double objectif de sensibiliser le plus grand nombre aux applications composites de la fibre de jute, et de faire collaborer des industriels, de jeunes talents bangladeshi, et des intervenants “bideshi” (“étrangers” en bengali) autour de la création de deux pièces de mobiliers. Celles-ci seront ensuite prototypées en matériau composite par le Jute Lab et présentées lors de l’inauguration de l’ambassade franco-allemande de Dhaka en 2017.

Parmi les nombreux projets soumis, les huit participants ayant proposé les démarches et les concepts les plus intéressants ont été invités à participer à une semaine d’atelier de design dans les locaux de l’Alliance Française à Dhaka. Ce workshop était mené par Antoine Gripay, design manager du Studio Katra (Nantes), et une partie du Jute Lab — Quentin, designer en charge du projet, et Clément, expert composite de l’association.

Trio
Antoine, Quentin et Clément vus et dessinés par les étudiants de l’atelier

Retour en images sur ces 10 jours de séjour pleins de créativité, d’échange, de rencontres et de bons souvenirs !

Design Workshop à Dhaka

Pendant une semaine, Raka, Farah, Opu, Sahan, Tahammul, Rakib, Upal et Shanto ont passé 3 à 5h par jour dans la “war room” en compagnie de nos experts design et technique. Ils sont passés par toutes les phases de la méthodologie du designer : recherche d’inspiration et exploration de la culture bangladeshi, idéation et sketching, conceptualisation et prototypage, modélisation 3D et enfin, rendus.

 

 

À la fin de cette semaine d’atelier riche et intense, chacun a tissé des liens forts et passé d’excellents moments au sein du groupe, partagé et appris de ces échanges. Mais surtout tout le monde peut être fier d’avoir participé à la définition de deux concepts complémentaires et porteurs chacun d’une identité forte : la chaise Rick et la table Khatiya.

teamnb
Fin du workshop !

Présentation des concepts

Le premier concept, aussi appelé Rick chair, consiste en un beau fauteuil baquet, moderne et institutionnel. Pour autant, renouant d’une certaine façon avec le bois qui composait les traditionnels “baquets à lessive”, son design revisite les lignes d’un emblème du Bangladesh lui aussi tout en bois : le Rickshaw. La chaise Rick reprend en effet le profil élégant, l’assise ainsi que l’ouverture verticale du dossier de ce moyen de transport à la fois ultra répandu et parfaitement atypique, démocratique et écologique, symbole et vitrine de la culture bengali. Le matériau composite qui remplace ici le bois a permis de rendre cette silhouette plus actuelle, mais aussi d’offrir au corps une enveloppe plus confortable que ne pouvaient l’être les authentiques baquets, ou que ne le sont toujours les rickshaws bangladeshi.

Rick Chair Concept
Rick Chair Concept

Le second concept, prénommé Khatiya, consiste quant à lui en un petit élément modulaire pouvant servir de table basse ou de petit tabouret. D’un côté, il puise sa fonction et sa modularité auprès d’éléments de mobilier typiques de l’asie du sud : le khatiya (ou charpoy), le chowki ou le pira. Qu’il soit tressé en jute, gravé et peint ou composé de vulgaires planches de bois, il peut selon sa taille servir de petit tabouret, de banc, de table, d’étal, ou même de lit. Ce type de mobilier traditionnel qui se passe de génération en génération est donc incroyablement moderne par son usage : simple, léger, réparable, durable, multi-fonctionnel ; autrement dit un exemple de réemploi bien antérieur aux meubles en palettes. Le concept de la table Khatiya réinterprète cet élément en prenant le parti d’exploiter (ou de démontrer) les propriétés du composite au travers d’une nouvelle forme géométrique, plus libre et plus audacieuse, qui multiplie les possibilités de composition.

Khatiya Table Concept
Khatiya Table Concept

Enfin, même si on peut imaginer tout une gamme d’éléments Khatiya de tailles et d’usages différents qui reprennent cette silhouette (banc, lit, etc.), le choix d’une première version assez basse pour être considérée comme un repose pied en occident alors qu’elle sera toujours prise pour une véritable assise en asie, soulève également la question des différences culturelles qui nuancent des schèmes d’usage aussi simples que le fait de s’asseoir.

La phase de dimensionnement / conception touchant à sa fin le Jute Lab prépare en ce moment la prochaine étape du projet : le prototypage de ces deux pièces ici à Concarneau, courant décembre !

Conférences

Cette semaine d’atelier sur Dhaka a également été l’occasion pour Antoine de donner des conférences au sein de plusieurs universités de renom de la capitale dont certains des étudiants avaient participé au concours : BUET (Bangladesh University of Engineering and Technology), BRAC University (Bangladesh Rural Advancement Committee University) et AIUB (American International University of Bangladesh).

L’objectif de ces conférences était pour le designer de Katra de partager son parcours et son savoir-faire avec les étudiants, de présenter certaines tendances du design européen et notamment de faire un focus sur différentes créations autour des fibres naturelles comme la fameuse chaise Katra ou les réalisations du Jute Lab.

img_1182

Ces présentations ont globalement été un franc succès : une excellente organisation du côté des universités, un très bon accueil des équipes d’enseignants, entre 50 et 150 étudiants à chaque fois, très intéressés et notamment par le matériau composite en fibre de jute présenté par le Jute Lab.

Enfin, cette belle semaine de workshop s’est terminée par la visite de l’ambassadrice et une conférence de presse dans l’auditorium de l’Alliance Française. Un autre événement dont les retours furent positifs et encourageants !

top
Présentation du projet et d’une partie de l’équipe à la presse

Retrouvez les articles écrits sur le concours dans la presse locale :

The Daily Star    Times of News    New Age    Daily Sun